Wednesday, August 09, 2017

Ghosts

Within the shadows of the night
I hear your voice
I hear you breathing
Feelings, I got them all around me
Tasting the joy of innocence.
I didn’t know I could hear so well.

Wonder, the voice says,
As if wondering could be a way out.
Scream, there it goes,
As if screaming would project me away.
Explode, keeps saying,
As if a blast would tear it down.

Who is the keeper of this voice
That comes now and again.
I don’t know. 

Within the shadows of the night
I sense your smell
I sense your pain
Filling me, I know it’s filling me,
As the water that concludes in the ocean.
I didn’t know I could sense so well.

Cold, the sensation goes,
As if the cooling would wake me up.
Sour, it stands pouring,
As if it would make me search for sweet.
Kind of empty, for a concluding note,
As if emptiness could fill a void.

Who is this sensation coming from
That comes now and again.
I don’t know.

I don’t see it, 
I don’t know it,
And I struggle.
Those who live inside me
Are ghosts.

Nicey Nicey



Thursday, August 03, 2017

Monday, April 03, 2017

sem título

âncora leve
de tão leve pesada
que me levem as pernas
longe pela estrada.

e se levam eu vou
pois não me sei quebrar
queira a cabeça ao meu corpo
e o meu corpo colar.

os roazes, vistosos,
as telhas, brilhando,
o choro das garças
voando, voando.

Thursday, October 20, 2016

by: ntm

Il est blanc, je suis noir
La différence ne se voit que dans les yeux des bâtards
Trop tard
Différence ethnique, alliance de cultures
Voilà les raisons de notre progression, c'est sûr
J'ai l'esprit clairvoyant et les yeux bien ouverts
Car j'inspire, j'espère
Mec, à voire faire taire
Dans l'instant tous les soi-disants "prophètes,
Les propagateurs, adulateurs d'une race parfaite"
C'est clair et net, la démonstration est faite
Dix pour cent pour Le Pen aux élections, c'est une défaite
En fait, prends ça dans ta face, quelle que soit ta race,
Noir et blanc, blanc et jaune, jaune et rouge, rouge ou beur
Je m'adresse à la jeunesse, celle qui se dresse, sans cesse
Sans peur ni crainte, face aux dictateurs
Dont l'empreinte reste une offence, pour ce monde qui avance.

Je suis blanc, il est noir,
C'est une leçon pour l'histoire.
Blanc et noir, l'histoire est a revoir.

OK Shen, je reprends pour faire monter la transe
J'augmente le volume, et là tu sens gonfler ma plume
Mon cerveau fume, j'ouvre les yeux
Les faussaires sont partout
Oui, ces individus qui crachent seulement sur Le Pen
Et entretiennent le même style de haine
Du genre complètement manipulé
Par des pseudos suppôts de prophètes
Le décalage est certain
Mais, maltraitant le bâtard
Qui se dit blanc, qui se dit beur, qui se dit noir,
NTM est l'impact sans aucun sens du tact
Se déjouant de toute attaque
Des ennemis de la liberté
Fils de pute qui réfutent et se butent
Dans les préjugés dépassés
Pump it up, Pump it up...
Ankylosés par les années
Quant à nos pairs
Endoctrinés par leurs aînés
Sont déjà prêts à assurer la relève
Donc un seconde d'attention
Car, préalablement, toujours sans faux-semblants,
La société multiraciale va de l'avant
Je suis renvoi, c'est un blavant
Et pourtant dans nos veines coule le même sang.

Je suis blanc, il est noir,
C'est une leçon pour l'histoire.
Blanc et noir, l'histoire est a revoir.

Farakhan ou Le Pen
Même combat pour la haine
Je dis stop, c'en est trop go!
Attention danger, ne laisse pas véhiculer
Dans ton esprit, leurs idées
Leurs paroles, leurs volontés, leurs notions d'attardés
Fanatiques ou disciples, ta raison n'a pas de sens
Je suis blanc, il est noir
Alors prends ça comme une offense
Car en France, le problème n'a pas lieu d'exister
Les Etats-Unis ne sont pas toujours bons à copier
Multiraciale est notre société
Alors bougeons ensemble, et créons l'unité
Car depuis longtemps, trop longtemps, oui depuis trop longtemps
Depuis que le monde est monde, la couleur est une frontière
Une barrière, c'est clair, je déclare le guerre
A la terre entière, d'un revers autoritaire
Je balaie, je combats puis, l'un après l'autre, j'abats
Le Front National, les skins, l'apartheid, le ghetto.

Je suis blanc, il est noir,
C'est une leçon pour l'histoire.
Blanc et noir, l'histoire est a revoir.
Je suis blanc, il est noir,
C'est une leçon pour l'histoire.
Blanc et noir, l'histoire est a revoir.

Parallèlement, je te démontre
Que, quelle que soit ta couleur, quelle que soit ta nature
Aucune race n'est supérieure, car il n'y a pas de couleur
Pour être cartonneur
Asphyxiant le préjujé car toute connerie a ses limites
L'indulgence, je m'en dispense
Toutes ces conneries dérisoires
Comment peux-tu y croire?
De quel droit peux-tu penser que cette chose dans laquelle
Tu te terres nous diffère
Car sans comprendre, sans apprendre
Tu t'enfonces et je n'ai même pas pitié de toi
Car, à l'heure où je te parle,

Prends-tu seulement conscience de mes mots?

Thursday, October 13, 2016

Kevin Krautgartner

Wednesday, June 22, 2016

Treinos

Tuesday, June 21, 2016